>> Hôtel de Ville
73, Boulevard Gambetta
BP 30 249
46005 CAHORS  CEDEX
tél. 05 65 20 87 87
communication@ mairie-cahors.fr











Tribrunes libres


Conformément à l'article L.2121-27-1, un espace est dédié à l'expression de l'opposition municipale. Cet espace est défini par une délibération portant sur l'adoption par le Conseil municipal, conformément à l'article L.2121-8 du Code général des collectivité territoriales, de son règlement intérieur.


 


  • Un nouvel élan pour Cahors
  • Mon parti c'est Cahors
  • Cahors à gauche
  • @Cahors l'humain d'abord

 

Pas de quoi fouetter un chat !

On nous annonce en grande pompe une baisse historique de la taxe foncière de 0,5 % ! En réalité il s’agit de 0,5 % des 38,25 % qui passe donc à 38,06 %. Peut-être faudrait-il raison et lucidité garder. Si on se livre à de rapides calculs, pour un cadurcien moyen, la baisse historique sera de 3 euros !
Il nous paraît plus réaliste de noter que le budget 2018 est très incertain avec variations inquiétantes (attitude prudentielle, changement de périmètre des budgets). Nous notons une progression des charges de fonctionnement. Les dépenses réelles de Cahors augmentent de 13 % dont 7 % sur le personnel.
Notre endettement reste élevé, 50 % de plus que la moyenne comparable. Les investissements sont trop importants,7 M€ auquel il faut ajouter 1,3M€ pour 2018 pour le futur cinéma. Les recettes diminuent, moins 10 % malgré l’augmentation des recettes de stationnement estimées par la société privée Q Park à plus 21 %, soit 335 000 €, ce qui correspond à l'explosion de vos PV ! Concernant le budget de l’eau, moins 10 % de recettes et plus 9% de dépenses. L’eau qui fuit et qui a un coût, pompée, traitée, acheminée, 30 % de fuites à Cahors. De nombreuses économies pourraient être générées pour peu que l’on évite les investissements pour des projets qui sortent du domaine public (cinéma, bars à thèmes) ou que l’on évite d’avoir recours à des bureaux d’études pour tout et pour rien.



Brigitte Rivière et Jean-Luc Maffre – Les Républicains

 

 

L’art du saucissonnage

Il y a quelques semaines, le Maire de Cahors proposait un budget 2018 avec quelques annonces tonitruantes : la taxe foncière allait diminuer de 0,5 %. L’opposition lui rétorquait qu’il y avait à Cahors 33 % de plus d’impôt et 50 % de plus de dette que la moyenne des villes comparables. Autre annonce : le financement du multiplexe était bouclé, l’État accordant une subvention de 1,4 M€. Rappelons que pour un budget de 7,8 M€, la part relative à l’investissement public s’élève à 5,5 M€ dont 2,8 M de subventions. Certes le contribuable n’aura à sa charge par la taxe locale que 2,7 M € mais les 2,8 M€ de subvention lui seront aussi ponctionnés par l’impôt.
La méthode la plus détestable pour tromper le citoyen est encore l’art du saucissonnage pour lequel messieurs Vayssouze et Simon méritent la Médaille d’Or. La part de la ville pour le cinéma semble de 2,7 M€ mais il faut déjà y ajouter :
950 000 € pour le réaménagement de la Place Bessières ;
700 000 € pour l’aménagement intérieur du Musée de la Résistance (détruit par les travaux)
350 000 € pour l’acquisition du terrain du centre d’information de l’armée ;
Sans compter le réaménagement de la Place de Gaulle…
C’est 2 M€ supplémentaires saucissonnés en plusieurs tranches.
La vérité, c’est que les Cadurciens devront payer leur multiplexe près de 5 M€ !



Michel Grinfeder – Mon Parti c’est Cahors

 

EHPAD en danger

En mars dernier, les personnels des EHPAD ont exprimé leurs souffrances, les pénibilités de leurs fonctions, et la dégradation des conditions de travail. Nous avons presque oublié leurs revendications, tant les mutations sociétales inquiètent. La situation de ces établissements a évolué depuis leur création, mais les moyens n'ont pas suivi. Les longs séjours hospitaliers se retrouvent en EHPAD. Les résidents sont de plus en plus âgés et dépendants.
Cette augmentation de dépendance a considérablement alourdi le travail des personnels soignants mais également la pénibilité physique et mentale liée à l'activité, souvent facteur d'épuisement professionnel.
L'indice de fréquence des accidents du travail en EHPAD est deux fois supérieur à la moyenne toutes activités confondues. La gestion d'entreprise imposée laisse de moins en moins de place à l'humain. C'est ainsi que l'on économise sur tout : sur la durée des toilettes et leur nombre, sur les repas et leur temps de prise, avec des risques de dénutrition et déshydratation.
Faut-il attendre une catastrophe sanitaire comme celle de 2003 pour réagir ?
La résidence d'Olt n'est pas épargnée et n'est que l'exemple cadurcien d'un envahissant sentiment d'abandon de nos anciens et de leurs accompagnants.
Qu'advient-il d'une société qui ne respecte pas ceux qui ont contribué à son développement ?



Christophe Tillie – Cahors à gauche

 

Externalisation, mode d’emploi

Eric Woerth, en 2008, alors ministre du budget, préconisait l’externalisation, dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques.
Transférer des missions à un opérateur privé : message bien reçu à Cahors. La majorité en place use et abuse de ce procédé : gestion et exploitation d’une aire d’accueil pour camping-cars, gestion du contrôle du stationnement sur voirie et traitement des recours, prospection et concrétisation de divers partenariats financiers privés. Dernière en date : La retranscription in extenso des séances du Conseil municipal. Mesure maintes fois réclamée par @CHD, dans un souci de transparence démocratique, mais pas sous cette forme ! Un agent municipal aurait tout à fait été en capacité de prendre en charge cette tâche. Au passage, aucune des sociétés choisies n’est locale.
L’externalisation, sans parler du coût pour la collectivité, a pour inconvénient tant de faire perdre la compétence en interne que de permettre au privé de s’ingérer dans les affaires publiques.
@chd rappelle son opposition ferme à toute externalisation, surtout lorsqu’aucune raison matérielle ne l’impose.


Stéphane Castang — @Cahors l’humain d’abord