>> Hôtel de Ville
73, Boulevard Gambetta
BP 30 249
46005 CAHORS  CEDEX
tél. 05 65 20 87 87
communication@ mairie-cahors.fr











Tribrunes libres


Conformément à l'article L.2121-27-1, un espace est dédié à l'expression de l'opposition municipale. Cet espace est défini par une délibération portant sur l'adoption par le Conseil municipal, conformément à l'article L.2121-8 du Code général des collectivité territoriales, de son règlement intérieur.


 


  • Un nouvel élan pour Cahors
  • Mon parti c'est Cahors
  • Cahors à gauche
  • @Cahors l'humain d'abord

Alors les Vacances c'était bien ?

Beaucoup ne sont pas partis, parce qu'âgés ou en santé fragile, ou pas assez de moyens financiers, ou immobilisés par leur travail, par la garde d'enfants ou de petits enfants, par contre, tous ont pu voir de nombreux touristes arriver à Cahors, un tourisme populaire sans trop de moyens, aimant la campagne et notre belle ville de Cahors. Ceux qui ont eu la chance de partir à l'étranger ont pu constater que la France reste un beau pays préservé de beaucoup de misères, à l'inverse, ceux qui se sont promenés en France, ont pu sentir que le Lot et Cahors sont globalement en dessous du niveau de vie national, possibilités de formation, équipements de santé, autoroutes, tgv, aéroports, entreprises, stades de sports, expositions, niveau des commerces, habitudes de consommation, habillement, voitures, etc. Nos jeunes ne s'y trompent pas, s'ils ne trouvent pas un travail dans leur environnement familial ils émigrent tous ou presque vers de plus grandes villes. A Cahors, on a coutume de vanter la qualité de la vie, le calme, la sécurité, et la beauté des paysages, certes, mais plus de cadres de société en "costume cravate", de jeunes, de boîtes de nuit, d'entreprises, de start up, et des rendez-vous rapides chez des médecins spécialistes ça serait mieux non ?

Jean-Luc Maffre – Les Républicains

Le mépris « intéressé » du commerce de centre ville

Dans la continuité de notre article précédent, nous révélons les dessous de la politique commerciale du Maire de Cahors. En effet, après le vote d’une extension de 8000m2 à la Commission Départementale d’Aménagement Commercial, 6000m2 vont y être ajoutés, soit 14000m2 supplémentaires à Labéraudie avec accès facilité et parking gratuit. Alors que toutes les études sur l’appareil commercial cadurcien concluent à son surdimensionnement, Cahors va réaliser ce que d’autres agglos ont fait il y a 20 ans et qui a abouti au déclin du commerce de centre ville (Villeneuve/Lot, Albi, Montauban…). C’est la mort annoncée d’un petit commerce déjà lourdement taxé par la Contribution Financière des Entreprises dont la base à Cahors est quasi maximale. Quel frelon asiatique a piqué Messieurs Vayssouze et Simon dont les décisions rentrent en complète contradiction avec l’action « Cœur de Ville » largement subventionnée par l’État ? La réponse se nomme TASCOM, taxe sur les surfaces commerciales, fonction de la surface de vente (sup. à 400m2) et du chiffre d’affaire. Son revenu est particulièrement juteux pour la commune et sa manne financière indispensable pour compenser les dépenses somptuaires engagées, tel le Grand Palais du cinéma déjà contesté par les Cadurciens.

Michel Grinfeder – Mon Parti c’est Cahors

Été trop chaud.

Lutter contre les effets du réchauffement climatique en milieu urbain n'est pas simple. Et, sans faire de catastrophisme, on nous annonce pire pour les décennies à venir. Alors pourquoi ne pas planter plus d'arbres, plus de verdure dans les nouveaux aménagements urbains ? Pourquoi ne pas végétaliser les toits terrasse des bâtiments administratifs et autres. En ville, l'asphalte, le bitume, le béton génèrent des « îlots de chaleur ». Cette chaleur emmagasinée le jour est restituée la nuit, le refroidissement devient donc plus difficile. Ce qui nous amène à faire fonctionner les climatisations plus longtemps, c'est l'escalade et on en arrive à un pic estival de consommation électrique, comme le 26 juillet dernier ! Les exemples sont là : La toute nouvelle aire de stationnement de l'ancien hangar militaire, pas un arbre. La rue Victor Hugo, dont plus de la moitié intégralement « minérale »... Il existe pourtant des végétaux peu gourmands en eau et demandant peu d’entretien. Espérons que les nouveaux aménagements, notamment place Bessières soient un peu plus adaptés. Ah oui, pour info, nous avons atteint le jour du dépassement cette année le premier Août, encore un peu plus tôt que l'année dernière. Allez, je vous souhaite une chaleureuse rentrée.

Christophe Tillie – Cahors à gauche

Dis papa, c’est quoi cette voie verte ?

-C’est un chemin qui favorise les déplacements doux, à pied, à vélo. Une excellente idée pour le Lot, sauf si elle emprunte la voie ferrée, car elle empêche le transport de personnes et de marchandises par train. Les nombreux camions continueront à abîmer les routes, à les rendre dangereuses, à polluer. - Mais qui payera pour entretenir ces routes ?
- Toi et tous ceux de ta génération.
- Sur la voie verte, on y marcherait en toute sécurité ?
- Avec 51 passages à niveau, le crois-tu ?
- Oh non ! Mais alors, les politiques veulent faire ça juste pour laisser leur trace ? (trait d’humour de l’enfant qui fait à la fois sourire et soupirer le père...)
- Et des sous, demande le fiston, il y en aurait pour réparer la voie ferrée ? - Mais oui, question de volonté ! Ils ont bien trouvé 5,5 millions d’argent public pour construire un cinéma privé.
- Une copine dit qu’il existe déjà des chemins pour se promener et que de la voie ferrée, entre les tranchées et les 3,8 km de tunnels, on ne voit rien.
- Elle a raison, trois beaux GR traversent déjà le Lot ! En plus, le revêtement de la voie verte sera polluant.
- Donc elle n’est pas verte cette voie, déclare l’enfant, très déçu.
C’est pour cela que vous êtes si nombreux à être contre ?
- Nous ne sommes pas contre la voie verte, mais contre son tracé condamnant une ligne ferroviaire qui rendrait un sacré service public. Alors parlons-en autour de nous.
Bonne rentrée à tou-te-s !


Stéphane Castang — @Cahors l’humain d’abord