>> Hôtel de Ville
73, Boulevard Gambetta
BP 30 249
46005 CAHORS  CEDEX
tél. 05 65 20 87 87
communication@ mairie-cahors.fr











Tribrunes libres


Conformément à l'article L.2121-27-1, un espace est dédié à l'expression de l'opposition municipale. Cet espace est défini par une délibération portant sur l'adoption par le Conseil municipal, conformément à l'article L.2121-8 du Code général des collectivité territoriales, de son règlement intérieur.


 


  • Un nouvel élan pour Cahors
  • Mon parti c'est Cahors
  • Cahors à gauche
  • @Cahors l'humain d'abord

 

Que préférez-vous, chers Cadurciens : des festivités ou de l'eau potable ?

Juin 2018 : " l’eau de Cahors ne doit pas être consommée pour la boisson et la préparation des repas... " (répétition de l'incident de Mars 2017, voir notre rubrique Cahors Mag n°79)
Juillet, Août 2018 : on oublie tout, place à Lot of saveurs, Cahors Plage, concerts, jeux et distractions et bientôt un coûteux cinéma.
Nous, élus LR, sommes pour une équipe municipale qui assure le  service public essentiel au moindre coût avec de l'eau potable, un système d’assainissement efficace, de l'électricité, un accès Internet ADSL, la sécurité dans la ville, des transports en commun commodes, des services sociaux prioritairement pour les plus fragiles, une ville accessible aux handicapés, un patrimoine entretenu et valorisé, des services d'accueil pour les entreprises créatrices d'emplois, un hôpital et des Ehpad bien financées, des équipements sportifs et culturels, tous ces services assurés par un personnel motivé, bien rémunéré, présent et travaillant 35 heures.
Les festivités animent et génèrent de la convivialité mais n'ont de sens que si les priorités sont assurées.
Le Maire et ses adjoints s'auto congratulent en rond dans ce Cahors Mag sur leur propre action, ils sont, en fait, au service des Cadurciens qui payent de coûteux impôts.

Jean-Luc Maffre – Les Républicains

 

Le mépris du commerce de centre ville

Lors d’un récent Conseil municipal, une élue qui se targue de représenter les petits commerçants de Cahors a fait une déclaration stupéfiante : les reproches de l’opposition accusant la mairie de matraquer les automobilistes par l’intermédiaire de la société privée Q-Park dissuaderaient les usagers de venir faire leurs emplettes au centre ville par crainte de se faire verbaliser. La majorité hurle au loup alors que c’est elle qui a lâché la bête sur le dos des Cadurciens !
Mais pour les commerçants, le pire est peut-être à venir. En effet, la politique du précédent Maire et Président de Communauté prônait un équilibre entre l’activité commerciale périphérique et celle du centre, notamment en limitant la superficie des grandes surfaces et en veillant à leurs caractéristiques commerciales non concurrentielles. Aujourd’hui Monsieur Vayssouze a voté avec ses amis pour une extension de 8000 m2 à Labéraudie lors de la Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC). Un projet supplémentaire de 6000 m2 dans la même zone doit passer prochainement en CDAC. Serait-ce pour enrayer l’épidémie de fermeture des commerces du centre ville ?…
Les raisons cachées de cette politique désastreuse méritent d’être dévoilées. Nous n’y manquerons pas dans un prochain article.

Michel Grinfeder – Mon Parti c’est Cahors

 

Béton encore

Nous voyons, dans les périphéries urbaines, pousser des sortes de cubes de béton et d'acier.
Ces formes architecturales sont d'un relatif esthétisme, et déconseillées dans le plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI), qui préconise plutôt des configurations traditionnelles. On peut comprendre la difficulté de concevoir des locaux à usage commercial ou industriel en respectant le bâti traditionnel. Mais en ce qui concerne les matériaux employés, il y a un problème en termes de respect de l'environnement. En effet, le béton et l'acier sont les matériaux les plus énergivores. Le béton, à lui seul, est responsable de 5 % des émissions planétaires de CO2 ! Alors, réservons les pour des ouvrages ou ils sont incontournables, et utilisons des matériaux durables.
L’exemple de la fédération départementale d'énergies du Lot (FDEL), rue de la guinguette, est un non-sens. Je rappelle que la FDEL a, entre autres, un rôle de conseil en maîtrise de l'énergie !
Ce nouveau bâtiment est intégralement en béton et grilles d'acier, ainsi que sa clôture.
Les capteurs solaires installés sur le toit et les bornes de rechargement pour véhicules électriques ne sont là que pour se donner bonne conscience. Une Maison Départementale de l'énergie construite de matériaux durables, (ayant peu d’impacts sur l'environnement), et à énergie positive aurait été un symbole fort.
Le bilan global de cette réalisation reste négatif.

Christophe Tillie – Cahors à gauche

 

Voilà l’été

Une saison qui se prête à la rêverie, à la flânerie, aux rencontres. Sortons les vélos, marchons, réapproprions-nous le centre-ville, tout en réduisant notre empreinte écologique. Là se situe la véritable modernité. La sécurité sur les voies publiques de la boucle n’est pas garantie ? Exigez de la majorité municipale, comme ACHD le réclame depuis trop longtemps, l’organisation de journées centre-ville sans voiture. En réalité, en dehors du marché de nuit et de la fête de la musique, l’équipe en place ne l’envisage pas. Pour consommer : Ok ; pour mieux vivre ensemble, c’est plus dur….  
Pourtant, Carcassonne, avec le double d’habitants, va mettre en place cette mesure durant tout l’été.
Cahors, va, sans politique volontariste en la matière, là aussi rater le coche. Elle y gagnerait très certainement en qualité de vie, donc en attractivité. Organiser une énième édition de « Cahors-plage » est probablement plus rassurant. Même si l’eau, trop souvent, on ne peut même pas la boire. Alors s’y baigner… attention à la tasse ! Excellent été à tou-te-s et à la rentrée.


Stéphane Castang — @Cahors l’humain d’abord